La place du Handicap dans la profession d’avocat : débat de campagne à Paris

Le handicap s’invite à nouveau dans la campagne


Droit comme un H ! avait déjà interpellé les candidats au Bâtonnat de Paris en novembre 2028 et Olivier Cousi, aujourd’hui Bâtonnier de Paris , Nathalie Dubois et Jean Jacques Huettwiller s’étaient prêtés à l’exercice à l’invitation du Bâtonnier élu du Barreau des Hauts de Seine Vincent Maurel.


Aujourd’hui les deux binômes candidats Xavier Autain et Clotilde Lepetit / Julie Couturier et Vincent Nioré ont accepté de répondre à nos questions à l’occasion d’un débat qui devait se tenir à la Maison du Barreau de Paris à l’invitation d’Olivier Cousi.



Les conditions sanitaires nous ont obligés à convertir en webinar ce débat qui se déroulera de 18h30 à 20 heures le lundi 2 novembre 2020 et vous pourrez poser vos questions en vous inscrivant grâce au lieu ci-après https://www.droit-comme-un-h.com/event-details/6ieme-h-after-de-droit-comme-un-h-special-candidats-au-batonnat-de-paris . Les candidats seront interrogés par Matthieu Juglar Président de Droit comme un H ! avocat au Barreau de Paris non voyant, ancien secrétaire de la conférence et Stéphane Baller avocat au Barreau des Hauts de Seine délégué général de l’association et à l’origine de sa création. L’actuel Batonnier des Hauts de Seine, Vincent Maurel, apportera son témoignage en introduction du débat sur les difficultés et les opportunités offertes par l’inclusion, avec la vue d’un barreau qui accueille les plus grandes structures d’avocats salariés, celles qui sont les plus exposées au dispositif de promotion de l’emploi des personnes en situation de handicap renforcé au 1ier janvier 2020.


Trois mouvements vont structurer les échanges

1. L’état des lieux et les projets pour faciliter l’intégration des jeunes talents dans la profession

2. L’accompagnement des confrères et la prise en compte des accidents de la vie

3. Les propositions concrètes des candidats pour faire évoluer favorablement notre profession dans le plus grand Barreau de France


Bientôt un deuxième état des lieux de la profession face au handicap



Ce débat est un prélude à la publication des résultats du 2ième Observatoire du Handicap dans la profession d’Avocat[1] le 7 décembre prochain et pour lequel l’interrogation des cabinets d’avocats en France est toujours ouverte en suivant le lien https://forms.gle/jrC2267USAuw7D5PA

La structure retenue pour ce questionnaire permet à chaque répondant de réaliser un état des lieux de sa pratique en matière de Responsabilité Sociétale des Cabinets d’Avocats et des coûts actuellement supportés par les cabinets, leur connaissance du nouveau dispositif mis en place à compter du 1ier janvier 2020, consécutif à l’adoption de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », qui a réformé en profondeur l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés (OETH) pour envisager un effort réaliste pour les années à venir.


Les directions juridiques sont aussi interrogées en parallèle

Grâce à la collaboration entre le Cercle Montesquieu, l’Association Française des Juristes d’Entreprises AFJE, Atorus Executive et Droit comme un H ! il a aussi été possible de mettre en place une enquête permettant d’évaluer les pratiques des directions juridiques des entreprises en matière de handicap avec la même volonté bienveillante de réaliser un état des lieux et de fixer un point de départ pour progresser. La restitution interviendra en webinar pendant la semaine européenne du handicap le 18 novembre prochain entre 12 heures et 13h30 avec de nombreux invités et pour vous inscrire https://www.droit-comme-un-h.com/event-details/7ieme-h-after-semaine-europeenne-du-handicap-directions-juridiques-et-handicap

[1] La 1ière édition de l’Observatoire du Handicap dans la profession d’Avocat dont les résultats avaient été publiés le 19 novembre 2019 avait été réalisé du 6 mai au 15 juillet 2019 par envoi d’un questionnaire électronique auprès des 152 premiers cabinets d’avocats en France par les effectifs, représentant 14 610 collaborateurs. Les 60 premiers cabinets de la liste qui n’avaient pas répondu ont fait l’objet d’une relance téléphonique début juillet, pour in fine obtenir la réponse de 11 cabinets représentant un total de 1 628 collaborateurs.

© 2020 inspiré par le Projet Bon Droit ! avec Wix.com

crédits photos christophe rabinovici et nicols ravelli